Monoxyde de carbone

Incolore, inodore et toxique, le monoxyde de carbone est l'un des six principaux polluants atmosphériques réglementés aux États-Unis et dans beaucoup d'autres nations à travers le monde. Lorsque des combustibles à base de carbone, tels que le charbon, le bois et de le pétrole, brûlent de manière incomplète ou inefficace, ils produisent du monoxyde de carbone. Le gaz se propage par les vents et les modes de circulation tout au long de la basse atmosphère (appelée la troposphère).

Ces cartes montrent les moyennes mensuelles des concentrations mondiales de monoxyde de carbone dans la troposphère, à une altitude d'environ 12.000 pieds. Les données ont été recueillies par le MOPITT (mesure de la pollution dans la troposphère) du capteur du satellite Terra de la NASA. Les concentrations de monoxyde de carbone sont exprimées en parts par milliard par volume (ppbv). Un concentration de 1 ppbv signifie que pour chaque milliard de molécules de gaz dans le volume mesuré, l'un d'eux est une molécule de monoxyde de carbone. Les zones jaunes présentent peu ou pas de monoxyde de carbone, alors que les concentrations progressivement plus élevées sont indiquées en orange et rouge. Les endroits où le capteur ne collecte pas de données, peut-être en raison de nuages, sont de couleur grise.

Dans les différentes parties du monde et à différentes saisons, les quantités et les sources de monoxyde de carbone atmosphérique changent. En Afrique, par exemple, les changements saisonniers dans le monoxyde de carbone sont liés à la combustion agricole généralisée qui se déplace au nord et au sud de l'équateur avec les saisons. Les incendies sont une source importante de pollution par le monoxyde de carbone dans d'autres régions de l'hémisphère Sud, comme l'Amazonie et l'Asie du Sud.

Aux États-Unis, en Europe, et dans l'est de la Chine, les concentrations les plus élevées de monoxyde de carbone se produisent autour des zones urbaines en raison des véhicules et des émissions industrielles. Les feux qui brûlent sur de grandes surfaces en Amérique du Nord et la Russie certaines années peuvent consituer également une source importante. Les observations MOPITT montrent souvent que la pollution émise sur un continent peut voyager à travers les océans et avoir un grand impact sur la qualité de l'air sur d'autres continents.

Le monoxyde de carbone est un gaz trace dans l'atmosphère et il n'a pas un effet direct sur la température de la planète, comme peuvent l'être le méthane et le dioxyde de carbone. Cependant, le monoxyde de carbone joue un rôle majeur dans la chimie atmosphérique, et il affecte la capacité de l'atmosphère à se débarrasser de beaucoup d'autres gaz polluants. En combinaison avec d'autres polluants et le soleil, il prend également part à la formation de «mauvais» ozone en basse atmosphère et de smog urbain.



Texte original en anglais par la NASA, traduction par Météo Lobbes
© Earth Observatory, NASA
Documents utilisés avec l'autorisation de la NASA