Rayonnement net de la terre

Le rayonnement net de la Terre, parfois appelé flux net, est le solde entre l'énergie entrant et sortant au sommet de l'atmosphère. C'est l'énergie totale qui est disponible pour influencer le climat. L'énergie entre dans le système lorsque le soleil pénètre le sommet de l'atmosphère. L'énergie sort de deux façons: la réflexion par les nuages, les aérosols ou la surface de la Terre ; et le rayonnement thermique émis par la surface et l'atmosphère, y compris les nuages. Le rayonnement mondial net moyen doit être proche de zéro au cours de la durée d'une année ou sinon la température moyenne va augmenter ou diminuer.

Ces cartes montrent le rayonnement net mensuel en watts par mètre carré. Les endroits où les quantités d'énergie entrantes et sortantes étaient en équilibre sont de couleur jaune. Les endroits où davantage d'énergie est entrée (rayonnement net positif) sont rouges. Les endroits où davantage d'énergie est sortie (rayonnement net négatif) sont bleu-vert. Les mesures ont été faites par les capteurs d'énergie radiante des nuages et de la Terre (CERES) sur les satellites Terra et Aqua.

Au cours d'une année, le modèle le plus évident concerne les changements saisonniers de rayonnement net. La lumière du soleil entrante augmente dans hémisphère connaissant l'été, ce qui rend le déséquilibre d'énergie fortement positif (plus de watts d'énergie entrants que sortants). Dès que l'équinoxe de septembre approche, une zone de rayonnement net positif est pratiquement centrée au-dessus de l'équateur, et les déficits d'énergie se situent au dessus des pôles. Dès que la saison passe à l'hiver, le rayonnement net devient négatif dans la majeure partie de l'hémisphère Nord et positif dans l'hémisphère sud. Le modèle s'inverse à l'équinoxe de Mars.

En moyenne sur l'année, il ya un surplus d'énergie nette à l'équateur et un déficit net d'énergie au niveau des pôles. Ce déséquilibre énergétique équateur-versus-pôle est le principal moteur de la circulation atmosphérique et océanique.

Texte original en anglais par la NASA, traduction par Météo Lobbes
© Earth Observatory, NASA
Documents utilisés avec l'autorisation de la NASA