Productivité primaire nette

Les plantes capturent et stockent l'énergie solaire grâce à la photosynthèse. Lors de la photosynthèse, les plantes vivantes convertissent le dioxyde de carbone dans l'air en molécules de sucre qu'elles utilisent pour se nourrir. Dans le processus de fabrication de leur propre nourriture, les plantes fournissent également de l'oxygène dont nous avons besoin pour respirer. Ainsi, les plantes fournissent de l'énergie et de l'air indispensables pour la plupart des formes de vie sur Terre. La productivité des végétaux joue également un rôle majeur dans le cycle mondial du carbone en absorbant une partie du dioxyde de carbone libéré lorsque les gens brûlent du charbon, du pétrole et autres combustibles fossiles. Le carbone absorbé par les plantes devient une partie des feuilles, des racines, des tiges ou des troncs d'arbres et, finalement, le sol.

Les cartes ci-dessus montrent une façon de surveiller le le «métabolisme» du carbone de la végétation terrestre. Ils montrent la productivité primaire nette, qui est de savoir combien de dioxyde de carbone la végétation prend au cours de la photosynthèse moins la quantité de dioxyde de carbone libéré par les plantes lors de la respiration (métabolisme des sucres et des amidons en énergie). Les données proviennent du spectroradiomètre imageur à résolution modérée (MODIS) du satellite Terra de la NASA. Les valeurs vont de 0 gramme de carbone par mètre carré par jour (ocre) à 6,5 grammes par mètre carré par jour (vert foncé). Une valeur négative signifie que la décomposition ou la respiration surpasse l'absorption du carbone; les plantes ont libété plus de carbone dans l'atmosphère qu'elles n'en ont pris.

Dans les latitudes moyennes, la productivité est évidemment liée au changement de saison, avec un pic de productivité durant l'été de chaque hémisphère. Les forêts boréales du Canada et la Russie présentent une productivité élevée en juin et juillet, puis un lent déclin jusqu'à l'automne et l'hiver. Toute l'année, les forêts tropicales d'Amérique du Sud, d'Afrique, d'Asie du Sud et d'Indonésie ont une productivité élevée, pas étonnant avec la lumière du soleil en abondance, la chaleur, et les précipitations. Cependant, même sous les tropiques, il ya des variations de la productivité au cours de l'année. Par exemple, en Amazonie, la productivité est particulièrement élevée entre août et octobre, qui correspond à la saison sèche. Etant donné que les arbres ont accès à un approvisionnement abondant en eau du sol qui s'accumule durant la saison des pluies, ils grandissent mieux quand le ciel pluvieux s'éclaircit et permet à davantage de lumière solaire d'atteindre la forêt.

Texte original en anglais par la NASA, traduction par Météo Lobbes
© Earth Observatory, NASA
Documents utilisés avec l'autorisation de la NASA